L’anatomiste français représente en 1546, pour la première fois en Europe et grâce à ses dissections, les parties génitales féminines dans le 3ᵉ volume du   » traité anatomie ».